Les locuteurs natifs sont-ils de meilleurs professeurs de langues ? | Natural Language Institute

Comment dominer une langue pour la vie

BLOG

Les locuteurs natifs sont-ils de meilleurs professeurs de langues ?

By Victor - 16/aug/2021 #Langue et l'éducation

Cette question séculaire, débattue aussi bien par les enseignants que par les apprenants, repose sur l'idée que quelqu'un qui connaît une langue de fond en comble peut ou non être la meilleure personne pour l'enseigner aux autres. Jetons un regard nuancé sur ce débat complexe et essayons de répondre une fois pour toutes à la question.

 

En tant qu'apprenant et éducateur en langues étrangères, vous préférez et recommandez toujours les locuteurs natifs comme enseignants, tous les autres facteurs étant égaux. Pourquoi ?

J'ai expliqué ailleurs pourquoi la communication avec des locuteurs natifs tend à donner le sentiment d'une interaction sociale plus authentique, ce qui est un élément essentiel pour une acquisition linguistique réussie. Les locuteurs natifs ont souvent eu une riche expérience culturelle en grandissant avec la langue que vous souhaitez apprendre, ce qui peut aider à motiver et à guider vos propres études, en plus de fournir un aperçu de la culture qui est étroitement liée à votre langue cible.

Mais il y a un avantage encore plus fondamental pour les locuteurs natifs en tant qu'enseignants : la connaissance implicite que, par définition, ils possèdent de la langue.[1]

Bien sûr, au-delà de la connaissance de la matière, les enseignants de langues étrangères (comme tout autre type d'éducateur) devraient idéalement posséder une série de caractéristiques pour être très efficaces : ils devraient être patients, empathiques, engageants, exigeants, attentifs et habiles à fournir des explications claires et des retours réguliers.

Il est donc incontestable que certains locuteurs non natifs, possédant beaucoup de ces qualités à un degré élevé, peuvent être d'excellents professeurs de langues étrangères, et qu'à l'inverse, certains locuteurs natifs, qui en manquent, peuvent ne pas être du tout des professeurs de langues efficaces.

De toute évidence, cependant, de telles caractéristiques peuvent être également possédées par les natifs et les non-natifs et, par conséquent, ne sont pas nécessairement pertinentes pour le choix entre ces deux catégories d'enseignants de langues étrangères.

Eh bien, si nous définissons à tort un locuteur natif comme étant né dans un certain pays ou ayant une certaine nationalité, alors ce serait une qualification sans importance pour un professeur de langue. Les locuteurs natifs devraient plutôt être définis précisément par leur maîtrise communicative d'une langue, presque toujours obtenue en ayant interagi principalement dans cette langue, avec d'autres locuteurs natifs, pendant une décennie ou plus - généralement en tant que pré-adolescents et adolescents. Ainsi, être un locuteur natif d'une langue est généralement, mais pas toujours, la même chose que d'avoir cette langue comme langue maternelle.

Lorsque le concept de locuteur natif - celui qui communique avec une maîtrise lexicale, grammaticale et phonologique spontanée et intrinsèque - est bien compris, il est clair qu'être locuteur natif est synonyme de connaissance ou de compétence communicative dans une langue.

Certains font remarquer que les enseignants non natifs ont souvent une meilleure connaissance de la grammaire explicite que les locuteurs natifs et considèrent cela comme un avantage significatif. J'admettrai volontiers que les locuteurs non natifs qui ont appris une langue par une approche grammaticale ont tendance à avoir une plus grande connaissance explicite des règles grammaticales abstraites et de la terminologie que les locuteurs natifs qui n'ont pas reçu la même formation. Par conséquent, si votre objectif était d'apprendre les règles et la terminologie de grammaire d'une langue, vous chercheriez à juste titre un enseignant qui possède ces connaissances, et qui pourrait souvent être un locuteur non natif[2].

Cependant, étant donné que votre objectif est de bien communiquer dans votre langue cible, alors les connaissances grammaticales abstraites sont de peu d'intérêt, et vous devriez plutôt rechercher des enseignants qui ont la plus grande maîtrise de la communication, à la fois orale et écrite (en plus aux autres traits qui font un enseignant efficace). Comme je l'ai souligné, lorsqu'elle est bien comprise, la maîtrise native d'une langue est synonyme de cette compétence communicative.

Il est important de noter qu'en matière de maîtrise de la langue, le fait d'être un locuteur natif ne suffit pas dans la plupart des cas. Les enseignants doivent également maîtriser la partie rédactionnelle - être des lecteurs expérimentés et de bons écrivains, et ainsi être en mesure de guider adéquatement les étudiants dans le développement de leurs propres compétences en lecture et en écriture, notamment grâce à la relecture habile des essais.

Les locuteurs natifs peuvent être compétents dans des dialectes et des registres de langue qui ne sont pas standard ou suffisamment formels. Par exemple, ici au Brésil, j'ai rencontré des paysans sans instruction qui sont d'une éloquence impressionnante et possèdent un vaste vocabulaire. Pourtant, je ne les recommanderais pas comme professeurs de portugais langue étrangère car, si leurs compétences linguistiques peuvent être tout aussi admirables et correctes, d'un point de vue linguistique, que celles d'un citadin cosmopolite et très instruit, leur registre de langue n'est pas compatible avec les objectifs des étudiants étrangers. Presque tous les étudiants veulent apprendre un dialecte standard et un registre suffisamment formel pour être presque universellement applicable. C'est pourquoi, outre l'importance susmentionnée de la maîtrise de l'écriture, les enseignants doivent généralement être des locuteurs natifs titulaires d'un diplôme universitaire.

 

D'accord, les locuteurs natifs, par définition, ont une maîtrise de la communication supérieure dans ma langue cible. Mais est-ce pertinent par rapport à leur capacité à m'enseigner ?

Considérons d'abord la recherche en éducation de manière plus générale. Il peut sembler évident que la connaissance du contenu par les enseignants est l'une des nombreuses caractéristiques importantes qui contribuent à la qualité de l'enseignement et aux résultats des élèves. Comme la plupart des gens, je préfère être enseigné par quelqu'un qui a une connaissance profonde et intime d'un sujet. Cependant, cette corrélation a fait l'objet de nombreux débats dans la littérature pédagogique. Malheureusement, il existe peu d'études empiriques rigoureuses.

L'une des rares études avec un échantillon suffisamment grand (9 556 collégiens et 181 professeurs de sciences physiques) et une méthodologie rigoureuse et bien conçue pour aborder ce sujet a été menée par des chercheurs du Harvard-Smithsonian Center for Astrophysics et publiée dans l'American Educational Research Journal en novembre 2013[3].

La plupart des chercheurs et des administrateurs scolaires utilisent des proxys pour les connaissances en la matière, telles que les diplômes universitaires ou les certifications, au lieu d'évaluer directement les connaissances. Cependant, ces approximations peuvent ne pas refléter avec précision les connaissances réelles, de sorte que ce qui est mesuré n'est pas la corrélation entre la connaissance de la matière et les résultats des étudiants, mais plutôt la corrélation entre ces derniers et les diplômes et certificats.

L'étude Harvard-Smithsonian a plutôt appliqué des tests de connaissance de la matière [4]; il est intéressant de noter qu'ils ont utilisé exactement le même test pour les enseignants que celui qui a été appliqué aux étudiants. En d'autres termes, les chercheurs ont testé la maîtrise par les enseignants du contenu précis qu'ils entendaient aider les élèves à maîtriser.

Les résultats montrent clairement que « l'apprentissage des élèves est lié aux connaissances des enseignants » ; ceux qui étudiaient avec un enseignant qui avait plus de connaissance ont montré une amélioration significativement plus importante que leurs pairs, en particulier lorsque les scores sur des sujets spécifiques étaient en corrélation avec la maîtrise de ces sujets précis par l'enseignant. En outre, la connaissance de la matière enseignée par l'enseignant était un facteur prédictif beaucoup plus fort des résultats des élèves que des paramètres potentiellement confondants tels que les années d'expérience d'enseignement ou les diplômes universitaires. Ces résultats sont conformes à ceux d'études internationales antérieures, notamment celles menées au Belize (Mullens et al., 1996) et au Brésil (Harbison et Hanushek, 1992), qui ont mis en évidence de fortes corrélations entre les compétences des enseignants en mathématiques et les progrès de leurs élèves respectifs dans cette matière, mesurés par des tests similaires.

 

Donc, la connaissance de la matière est pertinente pour les résultats des élèves, d'une manière générale. Mais qu'en est-il de l'enseignement des langues en particulier ?

Bien que l'étude ci-dessus ait eu lieu dans un environnement d'école intermédiaire, sa conclusion sans surprise selon laquelle la connaissance de la matière des enseignants a un impact significatif sur les résultats des élèves est susceptible d'être encore plus forte dans l'apprentissage des langues, pour deux raisons.

Premièrement, dans l'approche communicative moderne de l'apprentissage des langues, les connaissances linguistiques implicites ou compétences linguistiques de l'enseignant correspondent exactement à ce que les étudiants veulent obtenir. En d'autres termes, l'expertise de l'enseignant - c'est-à-dire l'utilisation communicative de la langue, et non les connaissances académiques sur la langue - est précisément ce que l'étudiant doit acquérir.

Deuxièmement, l'interaction enseignant-élève n'est pas seulement le moyen de diffuser du contenu ; c'est le contenu lui-même. En ce qui concerne la composante orale de la maîtrise de la langue - la principale raison de suivre des cours de langue - la conversation entre l'enseignant et l'élève fournit le substrat pour l'apprentissage. Par conséquent, la capacité de l'enseignant à manipuler le langage de manière naturelle et habile, c'est-à-dire à générer le bon substrat, est probablement plus importante pour les résultats des étudiants que dans presque tous les autres domaines de la connaissance.

 

Alors, vous dites que les locuteurs natifs sont de meilleurs professeurs de langues ?

Pas nécessairement : les enseignants non natifs peuvent être excellents et il peut y avoir des raisons valables de les préférer dans certains cas. Néanmoins, toutes choses égales par ailleurs, oui, je préférerais et recommanderais toujours des enseignants natifs qualifiés en raison de la maîtrise de la communication qu'ils possèdent, ce qui est très pertinent pour les résultats des élèves.

 

Puis-je essayer un cours avec un professeur natif aujourd'hui ?

Certainement ! Mettez les enseignants natifs de Natural à l'épreuve en programmant votre cours de démonstration dès aujourd'hui, que ce soit en anglais, en espagnol, en portugais ou en français.

[1] Il convient de mentionner que la classification d'un locuteur comme « natif » n'est pas quelque chose d'écrit dans le marbre. Les enseignants, ainsi que les locuteurs d'une langue en général, ont différents niveaux de maîtrise. Il est possible (bien que assez rare) pour quelqu'un de devenir un locuteur natif d'une deuxième langue, il est également possible qu'une personne perde sa maîtrise et subisse des interférences linguistiques importantes dans sa langue maternelle. Dans les paragraphes suivants, j'essaie de fournir une définition utile de ce que signifie être un locuteur natif et d'expliquer pourquoi cela est important.

[2] Il peut y avoir d'autres raisons légitimes de choisir un enseignant non natif, même lorsqu'on a accès à des enseignants natifs qualifiés. Elles tournent autour du fait que l'enseignant non natif est lui-même passé par le processus d'apprentissage conscient de votre langue cible, souvent en tant qu'adulte : il peut donc être particulièrement empathique à vos défis et être un excellent guide dans votre processus d'apprentissage. Le choix a donc quelque chose à voir avec les préférences personnelles. En mettant tout en équilibre, je trouve qu'apprendre de quelqu'un avec une maîtrise plus profonde et une authenticité culturelle et linguistique totale dans la langue l'emporte de loin sur tout avantage d'un enseignant non natif. En fin de compte, il est essentiel d'avoir un enseignant ayant un domaine communicatif dans la langue (même s'il n'est pas totalement natif), en plus des autres qualités qui font un excellent enseignant.

[3] Sadler, Philip M., et al. “The Influence of Teachers' Knowledge on Student Learning in Middle School Physical Science Classrooms.” American Educational Research Journal, vol. 50, no. 5, 2013, pp. 1020–1049. JSTOR, www.jstor.org/stable/23526122. Accessed 7 Aug. 2021.

[4] L'étude s'est également intéressée de près à la connaissance qu'ont les enseignants des idées fausses des élèves, qui est également en corrélation positive avec les résultats des élèves. Bien qu'elle dépasse le cadre de cet article, cette conclusion suggère, par analogie, que les enseignants de langues étrangères qui prennent conscience des erreurs courantes des élèves, grâce à l'expérience et à la formation, peuvent mieux s'équiper pour aider les élèves à acquérir efficacement une langue cible.


See other blog posts