3 raisons pour lesquelles l'écoute est la première compétence à développer | The Natural Language Institute

Comment dominer une langue pour la vie

BLOG

3 raisons pour lesquelles l'écoute est la première compétence à développer

… et heureusement, c'est aussi le plus simple à pratiquer

By Victor - 15/mar/2021 #Langue et l'éducation

Vous devez travailler sur les quatre compétences linguistiques – lire, écrire, écouter et parler – de manière synergique, mais veuillez donner la priorité à l'écoute, en particulier dans les premiers stades de l'acquisition du langage. Voici pourquoi.

 

1) Le cerveau humain a évolué pour acquérir d'abord la compréhension orale

Votre cerveau est programmé pour apprendre les langues.

Le langage complexe s'est développé parallèlement à l'évolution de l'espèce homo sapiens, depuis quelques centaines de milliers d'années.[1]

Bien qu'il existe plusieurs théories sur la chronologie exacte et les relations causales, il est clair qu'il y a eu coévolution du cerveau humain et du langage.[2]

En revanche, la première langue écrite s'est développée il y a à peine cinq mille ans.[3]

Ce n'est pas un hasard si les enfants sont capables de comprendre la langue parlée beaucoup plus naturellement - et des années plus tôt - qu'ils apprennent à lire, puisque nos ancêtres humains ont communiqué oralement pendant des milliers d'années avant de commencer à communiquer par écrit.

S'il est incontestable que la première compétence linguistique que les humains développent dans leur langue maternelle est l'écoute, on pourrait encore se demander si cela s'applique à l'acquisition d'une deuxième langue.

Pourtant, nous savons que les premiers humains migraient, et sans aucun doute des tribus parlant différentes langues sont entrées en contact les unes avec les autres. Il est donc logique que la capacité d'acquérir une deuxième langue ait toujours été un avantage évolutif[4] et que la première compétence que les adultes préhistoriques ont acquis dans une nouvelle langue était aussi la compréhension orale.

 

2) La compréhension auditive nous permet d'initier des interactions sociales

Des recherches récentes en neurosciences suggèrent que l'interaction sociale est nécessaire à l'acquisition linguistique.[5]

Cela confirme l'observation empirique répandue selon laquelle les étudiants qui vont à l´étranger et qui fréquentent les bars, sortent et font des promenades avec des amis natifs apprennent beaucoup plus rapidement que les introvertis et ceux qui se consacrent exclusivement aux études.

Ce qu'il faut retenir, c'est que vous devez interagir socialement dans une deuxième langue afin de l'acquérir efficacement.

Vous pouvez participer à des conversations entre locuteurs natifs même lorsque votre capacité à parler est encore minime, mais si vous n’arrivez pas à comprendre ce qu'ils disent, vous vous déconnecterez inévitablement de la conversation et vous vous sentirez isolé. Ainsi, développer vos capacités d'écoute vous permet d'interagir socialement, ce qui est essentiel pour une acquisition globale efficace du langage.

 

3) Vous devez acquérir la bonne « prononciation mentale » dès le début

La lecture et l'écoute sont les deux compétences passives ou réceptives grâce auxquelles vous pouvez facilement absorber l'énorme quantité et variété d'entrées nécessaires pour permettre à votre cerveau d'acquérir naturellement l'ampleur lexicale et grammaticale qui sous-tend la maîtrise de la langue.

Cependant, si vous vous concentrez exclusivement sur la lecture au départ, vous serez confronté à un problème sérieux qu'il sera difficile, voire impossible, de corriger complètement par la suite. Pour les raisons évolutives et neurologiques évoquées ci-dessus, nous avons tendance à verbaliser mentalement ce que nous lisons. Une grande partie de notre pensée cognitive de haut niveau est exprimée par le discours intérieur. Par conséquent, vous « prononcez » des mots dans votre esprit[6] – c'est-à-dire que vous avez une représentation phonétique mentale des mots. Vos habitudes de prononciation mentale, qu'elles soient exactes ou non, auront un impact sur vos capacités d'écoute et d'expression orale.

Pour cette raison, vous gagnerez énormément de temps et vous assurerez la possibilité d'obtenir à terme une bonne prononciation dans votre langue cible en pratiquant l'écoute avant ou en conjonction avec la lecture. Ce faisant, lorsque vous lisez, votre cerveau reproduit mentalement la langue avec une prononciation précise, renforçant les bonnes représentations et habitudes phonétiques.

Cela ne veut pas dire que vous devez toujours écouter des audios sur un sujet avant de le lire.

Il suffit d'inclure une quantité suffisante d'écoute dans votre ravitaillement linguistique ; ainsi, vous entendrez tous les plus importants phonèmes et mots avant que la prononciation incorrecte ne devienne une habitude mentale enracinée.

Pourtant, n'essayez simplement pas d'apprendre la langue écrite à l'exclusion de l'écoute. Si vous le faites, vous prononcerez mentalement des mots en fonction de la phonétique, des modèles orthographiques et de l'intonation de votre langue maternelle, ce qui deviendra un obstacle considérable à votre capacité future à bien parler dans votre langue cible.

 

L'écoute est la compétence la plus facile à pratiquer

Les quatre compétences linguistiques sont extrêmement importantes et chacune présente ses propres défis.

Quand je dis que l'écoute est plus facile, je ne veux pas dire que cela demande moins de temps ou d'engagement que la lecture, l'écriture ou la parole. Ce que je veux dire, c'est que, pour des raisons pratiques, l'écoute est la compétence la plus facile à pratiquer fréquemment et intensivement.

L'écriture demande un réel effort et une motivation importante. De même, on n'a pas toujours envie de parler - c'est particulièrement difficile pour les introvertis - et, dans tous les cas, il se peut que vous n'ayez pas toujours quelqu'un à qui parler dans votre langue cible. La lecture est plus facile pour certaines personnes, mais d'autres se fatiguent rapidement après un certain temps de lecture.

En revanche, la plupart des gens peuvent écouter sans effort, toute la journée, surtout s'ils regardent des films, des séries ou des vidéos YouTube divertissants.

Autrement dit, pour écouter dans votre langue cible, aucune condition ou effort particulier n'est requis.

Vous n’avez pas besoin d’autres personnes et vous n’avez pas besoin de vous sentir particulièrement motivé ou énergique. Qui n'aime pas s'asseoir et se détendre au son de la musique, regarder un film divertissant ou regarder une superbe série Netflix ?

Un contenu d'écoute sans fin est disponible dans les langues les plus couramment étudiées. Vous ne serez jamais à court de matériel attrayant sur Netflix, YouTube ou Radio Garden.

Suivez le même principe que j'ai décrit dans le premier article sur la lecture et écoutez ce qui vous intéresse, motive ou passionne.

A titre d'exemple, je suis récemment tombé sur cette incroyable vidéo sur YouTube en français - la langue sur laquelle je me concentre actuellement - sur un sujet qui m'intéresse beaucoup (les expériences de mort imminente). Après l'avoir regardé, j'ai découvert qu'il y avait plusieurs autres vidéos similaires des mêmes producteurs, donc je suis maintenant ravi de passer des dizaines d'heures de formation à pratiquer la compréhension orale, tout en regardant de beaux documentaires.

 

Conclusion

Votre cerveau a évolué pour acquérir d'abord des compétences d'écoute, ce qui vous permettra d'interagir socialement dans la langue et de commencer à lire avec la prononciation mentale correcte.

Heureusement, il est plus facile d'écouter que de pratiquer toute autre compétence, car un contenu sans fin est disponible et aucune condition ou motivation particulière n'est requis pour passer des heures interminables à écouter les langues.

Alors, commencez immédiatement par une pratique d'écoute accrue comme ingrédient clé pour atteindre la maîtrise de la langue pour toujours.

Puisque vous semblez apprécier le sujet de l'acquisition des langues, regardez les vidéos qui accompagnent chacun de ces articles. Si vous souhaitez améliorer l'anglais ou le portugais, écouter mes vidéos dans ces langues sera une bonne formation pour votre compréhension orale, car je suis un locuteur natif de ces langues. Et si vous êtes de langue maternelle ou avez un niveau avancé en espagnol ou en français, j'aimerais avoir votre avis sur ma maîtrise de ces deux langues. Ce sera formidable de recevoir vos commentaires.

Restez à l’affût de mes prochains articles, dans lesquels je commenterai les meilleures sources pour l'entraînement à l'écoute, comment le faire à chaque niveau de compétence et quelques questions fréquemment posées sur la maîtrise des langues par l'écoute.

 


[1] Voir: Scerri, Eleanor M. L. ; Thomas, Mark G. ; Manica, Andrea ; Gunz, Philipp ; Stock, Jay T. ; Stringer, Chris ; Grove, Matt ; Groucutt, Huw S. ; Timmermann, Axel ; Rightmire, G. Philip ; d'Errico, Francesco (1er août 2018). "Did Our Species Evolve in Subdivided Populations across Africa, and Why Does It Matter?". Trends in Ecology & Evolution. 33 (8): 582–594. Disponible à l'adresse : https://www.cell.com/trends/ecology-evolution/fulltext/S0169-5347(18)30117-4.

[2] "Le langage s'est adapté au cerveau humain (évolution culturelle), tandis que le cerveau humain s'est adapté pour mieux servir le langage (évolution biologique). Ce processus coévolutif a fait que le langage et le cerveau ont évolué pour s'adapter l'un à l'autre" Schoenemann, P. Thomas. “Evolution of Brain and Language”. Indiana University, 2009. Disponible à l'adresse : https://brainevo.sitehost.iu.edu/publications/evol-brain+lang_lang-learning.pdf.

[3] Voir l'article sur la langue sumérienne dans l'Encyclopedia Britannica : https://www.britannica.com/topic/Sumerian-language.

[4] Un scénario fascinant est présenté dans la série fictive Les Enfants de la Terre, de Jean M. Auel, dans laquelle Ayla, une orpheline moderne élevée par des Néandertaliens en Europe il y a 30 000 ans, interagit à l'âge adulte avec diverses tribus d'homo sapiens.

[5] Kuhl PK. Brain mechanisms in early language acquisition. Neuron. 2010;67(5):713-727. doi:10.1016/j.neuron.2010.08.038. Disponible à l'adresse :  https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2947444/.

 

[6] Pour une introduction intéressante au sujet de la relation entre le langage et la capacité de penser, consultez cet article : https://mcgovern.mit.edu/2019/05/02/ask-the-brain-can-we-think-without-language/.

Share:

See other blog posts